24 janvier 2010

Dans les bouches de l'enfer

Comme prevu l'emplacement de bivouac etait en plein vent meme si on etait quand meme protege par quelques arbustes. De toute maniere y'avait pas trop le choix de l'emplacement.

La nuit a ete mouvementee, le bruit du vent qui a souffle toute la nuit a ete tres desagreable... sans parler de bruits un peu louche aux abords de la tente... en pleine nuit je me reveille et tape contre la tente pour faire partir ce que je crois etre un animal... 3h plus tard notre sac poubelle place entre le toit et la toile de tente bouge frenetiquement et disparait?? J'ouvre la premiere toile et emet un son peu convainquant (j'etais bien dans le pate).. pas de reponse, j'ouvre le toit et constate que ma poubelle s'est fait la malle 3m plus loin et que deux yeux jaunes me regardent... merde tout ca pour un chat sauvage qu'a faim!

Au reveil je vais voir un peu dehors le temps qu'il fait (et vais pisser par la meme occasion). On s'est poses sur une crete qui est encadree de quelques 100m de vide de chaque cote.. ;O) tu m'etonnes qu'il y avait du vent on est pile poil sur ce qu'ils appelent la barriere meteorologique. Toute la bouillasse arrive du nord et vient s'ecraser sur les parois et remonte le long pour venir se dissiper au sud qui pour l'occasion donne un climat sub-tropical ou les bananes poussent a foison.

C'est reparti, le chemin qu'on avait cru deja bien entamme hier n'a pas encore livre tous ses secrets et de nouvelles forteresses font leur apparition de plus en plus hautes a travers les nuages omnipresents. Encore des marches, c'est dur.
Nous croisons 2 allemands (encore) qui nous expliquent que la boca das Torrinhas est encore a 1h d'ici... moral a zero on croyait l'avoir deja depasse... puis un couple anglais trop sympa qui s'etonnent de la grosseur de notre sac (c'est bon on a compris pas besoin d'en rajouter...)

P1030685

P1030688

P1030693

P1030695

P1030700

On arrive finalement a la boca et on se fait une grosse pause dejeuner! Nous sommes tous les deux bien creves par cette marche.

On repars pour progresser dans la bouillasse et la vegetation dense, j'ai l'impression d'avancer vers l'enfer tellement le paysage est etrange! Toujours plus haut, toujours plus de marches! Heureusement une eclaircie arrive et nous devoile le paysage autour de nous.

Apres encore quelques kms nous arrivons enfin au pied du pico Ruivo qui est completement bouche. Tant pis on trace sur le refuge qui doit plus etre trop loin.

P1030705

P1030706

P1030711

P1030713

P1030714

P1030715

P1030719

P1030723

P1030728

P1030732

P1030734

De la musique, le refuge, une porte ouverte. On rentre acceuillis par un Maderois ma foi plutot rustre de premier abord. On essaye de communiquer en anglais... allemand.... espagnol... on se regarde et se lancent 'ca va pas etre facile'... sur quoi le gars enchaine avec: 'Ah francaisse? voulez biere?' ;o))

Le gars baragouine quelques mots en francais et la communication commence... il se marre en voyant nos sacs et nous explique qu'il voit rarement des gens et que les ordinateurs c'est pas son truc! Tres sympa, il nous permet de camper a proximite dans le bbq transforme pour l'occasion en campement! Un matou nous rejoins et miaule tout ce qu'il peut...

P1030736

J'entrevois une eclaircie et me lance dans la petit ascension du pico Ruivo pour au moins dire j'y etais.  Le sommet sort a peine des nuages mais le rayon de soleil m'a fait enormement de bien et je retourne a la tente fissa me glisser au chaud.

P1030737

P1030738

P1030739

On est creves et on a parcouru un peu moins de 10km dans ces marches! La nuit promet d'etre humide...

Posté par chevillotn à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Dans les bouches de l'enfer

Nouveau commentaire